.
.
.
.
"La différence entre l'érotisme et la pornographie c'est la lumière". Bruce LaBruce
.
.

samedi 25 février 2017

vendredi 24 février 2017


Le mariage pour tous, bouclier antisuicide des jeunes LGBT





Des participants de la pride le 26 juin 2016 à New York. Photo Rob Kim. AFP


Une étude américaine publiée dans une prestigieuse revue médicale établit un lien entre des législations favorables aux homos et le taux de suicidalité des adolescents.

Le mariage pour tous, bouclier antisuicide des jeunes LGBT
Une étude américaine publiée dans la revue médicale JAMA Pediatrics vient de démontrer l’influence timide, mais réelle, de l’ouverture du mariage aux couples homosexuels sur le taux de suicide des adolescents.

Plusieurs chercheurs de l’université John Hopkins de Baltimore ont étudié vingt années de données compilées sur 762 678 adolescents qui ont participé au programme de prévention des risques (Youth Risk Behavior Surveillance System) pour arriver à établir ce lien de cause à effet. Précisons que ce travail a été réalisé avant que la Cour suprême américaine ne valide sur tout le territoire le mariage pour tous en juin 2015.

Selon cette étude, il ressort que dans la population générale des lycées américains, avant l’existence des lois égalitaires, la propension au suicide (au moins une tentative dans l’année) était de 8,6% dans la population générale mais de 28,5% chez les jeunes LGB (lesbiens, gays ou bi). A mesure que les Etats américains ont autorisé le mariage pour tous, ces taux ont significativement baissé : de 0,6% en un an, soit l’équivalent d’une baisse de 7 points (soit 134 446 adolescents en danger en moins). Très encourageant, le taux de suicidalité chez les jeunes LGB baisse quant à lui de 1,2% (14 points).

Bien mais un peu décevant ? Si le chiffre semble petit, il n'en est pas moins source d'optimisme, juge la chercheuse Julia Raifman, qui a travaillé sur l’étude. «Nous parlons là de lycéens, qui ne sont pas dans l’optique de se marier rapidement, commente-t-elle dans un communiqué. Et pourtant, permettre les unions pour les couples de mêmes sexes réduit la stigmatisation structurelle attachée à l’orientation sexuelle.» Dans un pays où la progression de l’égalité de droits est soumise à rude épreuve depuis l’élection de Donald Trump, la scientifique prévient : «Les politiques doivent comprendre que la législation sur les droits des minorités sexuelles ont un effet réel sur la santé mentale des adolescents. Que les décisions politiques décidées au plus haut ont des conséquences réelles, à la fois positives et négatives, en bas de l’échelle.»

Pour rappel, en France, un rapport de l’association Le Refuge remis au Sénat en 2013 indiquait que chaque année, 30% des jeunes de moins de 25 ans identifiés comme homosexuel-le-s tenteraient de se suicider.

Anne-Laure Pineau 23 février 2017 pour liberation.fr


mercredi 22 février 2017



Pablo Schugurensky










George Platt Lynes




Ted Starkowski, 1954











Yul Brynner, 1942





Hugh Kretschmer





Return of the Thin Man














Cary Grant and Randolph Scott by Jerome Zerbe for Paramount Studios, 1935
































































Rolf Putziger




Die Insel


Monatsblätter für Freundschat und Toleranz




Rolf Putziger alias Rolf Puck (1926-1977) était un journaliste, entrepreneur et pionnier de la musculation allemand. Il a été le mentor d'Arnold Schwarzenegger.

Rolf Putziger commença à publier un magazine "homophile" en novembre 1951, Die Insel, Monatsblätter für Freundschat und Toleranz (L'île, journal mensuel pour l'amitié et la tolérance). Il en changea le nom pour Der Weg zu Freundschat und Toleranz (Le chemin vers l'amitié et la tolérance) en septembre 1952. Ce magazine avait pour but principal de lutter contre le fameux paragraphe 175, qui condamnait les relations homosexuelles.

La police en RFA a mené une véritable chasse aux homosexuels dans les années 1950 et 1960 et faisait régulièrement des descentes dans les bars qui étaient connus pour être des lieux de rencontre gay. Elle les poursuivait jusque dans les toilettes publiques où de véritable traquenards étaient montés pour piéger les hommes qui venaient s'y adonner à leurs penchants. Sur l'ordre du Sonderdienststelle zur Bekämpfung der Homosexualität (Département spécial pour la lutte contre l'homosexualité) situé dans la Schöneberger Keithstraße, des dizaines de milliers d'homosexuels ont atterri en prison dès les premières années de la République fédérale. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, malgré les crimes perpétrés par les nazis à l'encontre des homosexuels (environ 50.000 ont été condamnés entre 1933 et 1945 et plus de 15.000 d'entre eux sont morts dans les camps) la RFA reprend le paragraphe 175 du Code pénal tel qu'il avait été renforcé par les nazis.

D'après les estimations de la fondation fédérale Magnus-Hirschfeld, créée en 2011 à l'initiative du ministère de la Justice allemand, environ 50.000 homosexuels auraient été condamnés à des amendes et des peines de prison de 1949 jusqu'en 1969, année où la loi a été assouplie (Dans la période 1951-1961, il a été calculé qu'uniquement à Berlin-Ouest sur 7.530 hommes arrêtés pour homosexualité, 4.683 ont été condamnés). Mais il faudra attendre jusqu'en 1994 pour que le paragraphe 175 soit abrogé. Contrairement aux homosexuels persécutés par les nazis, ceux qui ont été pourchassés des décennies durant par la police allemande n'ont reçu aucune réparation.




Die Insel, N°3, März 1952









































































































Der Weg zu Freundschat und Toleranz



















Rudolf Koller, 1828-1905. Suisse





Junge auf dem Schimmel (Jeune garçon sur un cheval blanc), 1872. Huile sur toile, 63 x 78 cm.




Le conseil de révision.